Debout

 

Sonne, sonne, sonne l'heure.

 

Ding, dingue, dong, frappe la cloche à mes oreilles. Une musique brûlante enfièvre mes sens et saisit mes entrailles. Elle jaillit de partout, de nulle part, de mon corps, de mes envies, du peuple qui s'agite et du monde qui geint. Elle bouillonne, s'étonne, s'impatiente, s'ébroue et s'envole.

 

Paf, piaf piaffe.

 

Une musique.

 

La musique.

 

« Ma » musique.

 

 

 

Un pied frappe le sol. Frappe. Tape. Martèle. Martèle-le, ce sol, pied ! Goûte à l'ivresse du pavé. Sens les effluves amères de la terre battue et foulée. Prends, pied, prends ta place sur l'esplanade. Marche, cours, reste ! Prends racine et pousse la poussière.

 

Regarde autour de toi. Vous êtes nombreux et le serez plus encore. Ne faiblis pas. Pas maintenant. Tu t'es levé si tard et tu as tant à faire... Regarde, le jour tombe et nous sommes debout. Toi. Et moi. Toi et moi. Et les autres. Tant d'autres.

 

Non non, ne faiblis pas. Fais le tour de la place, mange, bois, nourris-toi de ce qui t'entoure. Tu n'as pas le droit de tourner les talons. Pas maintenant que tu es là.

 

Ecoute, écoute la musique.

 

Ecoute, écoute la rumeur.

 

Ecoute, écoute la révolte.

 

Elle gronde, vibre et monte. Tu trembles... C'est elle qui t'attrape. Tu ne peux plus reculer. Tu ne dois pas reculer. Je suis avec toi. Tu es avec moi. Nous sommes ensemble.

 

Tu as froid ? Tape, tape le sol.

 

Tu entends ces clameurs ? Frappe à leur rythme. On dirait un cœur...

 

Ne recule pas. Ne faiblis pas. Reste. Reste debout. Reste debout, et résiste. L'heure a sonné.

 

L'heure sonne.

 

Sonne.

 

Sonne. Sonne...

 

Avril 2016 - Nuit Debout

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0