J'ai laissé mes doigts écrire et fabuler...

 

... Alors que le Grand Bal a baissé le rideau.

 

 

J'ai laissé ma voix sur un bout de parquet, alors que la brume s'accrochait aux collines.

 

J'ai laissé mes musiques retourner à leurs boîtes, alors que les lumières s'éteignaient une à une.

 

J'ai laissé mes jambes danser dans mes rêves, alors que mon corps épuisé se lovait dans les limbes.

 

J'ai laissé mon sourire s'accrocher à la brise, alors que le soleil se mariait à la bruine.

 

J'ai laissé mon amour suspendu à ton bras, alors que nous marchions tranquilles dans la nuit.

 

J'ai laissé mes humeurs patauger dans les flaques, alors que le froid et l'humide s'insinuaient dans mes bottes.

 

J'ai laissé mes astuces dans les rires de mes pairs, alors que la chaleur emportait nos esprits.

 

J'ai laissé ma colère gonfler dans ma poitrine, alors que le fiel triste coulait des Incivils.

 

J'ai laissé mes gourmandises danser la farandole, alors que je ramassais des mûres sur le chemin.

 

J'ai laissé mes pensées vagabonder à l'ouest, alors que la lassitude gagnait sur mes envies.

 

J'ai laissé mes larmes couler à l'aventure, alors que la chanson de mai sonnait son doux refrain.

 

J'ai laissé mes yeux voguer sur l'eau du gours, alors que mon quotidien reprenait sa route.

 

 

J'ai laissé mes amis retrouver leurs domaines, alors que ma vie jette l'ancre sur une mer bleue, douce de leurs présences.

 

Août 2015

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0