A Sandra

 

Parce que tu as toujours aimé mes textes, et moi tes photos.

 

Sois en paix, pour ton ultime voyage.

 

 

 

 

"Deux lutins, assis au bord du lac, regardent la lune qui se mire et se coiffe dans le miroir de l'onde. Elle leur fait un signe joyeux, de loin, avant de se lover dans son lit de nuages. Deux lutins, assis au bord du lac, bercent la lune qui s'endort.

 

 

 

Deux diablotins, derrière une fenêtre, grimacent et s'esclaffent des pirouettes d'un ange. Il vire et cabriole, avant de s'arrêter sur une branche où, la tête posée dans sa main diaphane, il leur envoie du bout des yeux des tendresses à faire fondre les carreaux. Deux diablotins, derrière une fenêtre, sourient et se gavent des baisers doux d'un ange.

 

 

 

Deux chérubins, patients sur leur banquette, observent innocemment le geste de la peintre qui aligne et mélange les couleurs du monde. Elle a le geste sûr et la confiance fragile. Son regard vif d'artiste anoblit les merveilles et ses lèvres frémissent au souffle des vivants. Deux chérubins, patients sur leur banquette, ne se doutent même pas que la peintre les adoube.

 

 

 

Deux amours, aux petites mains d'enfants, trifouillent les cheveux de leur maman si chère. Ils gazouillent ou caquettent, quémandent ou bien cajolent, et elle, évidemment, sera toujours celle qui saura déchiffrer et connaître leurs maux.

 

Deux amours, aux petites mains d'enfants, caressent leur maman et respirent son parfum.

 

Deux amours, aux petites mains d'enfants, chatouillent leur maman et boivent ses éclats de rire.

 

Deux amours, aux petites mains d'enfants, cherchent les bras de leur maman et pleurent son absence.

 

 

 

Deux amours, aux petites mains d'enfants, sourient à leur maman et lui disent au revoir."

Juillet 2015

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0